RÉGIONAL 3

RACING HW 2-0 OSTHEIM

Mi-temps : 1-0. 150 spectateurs environ.

Arbitres : M. Augros, assisté de Mme Bischoff et M. Phan.

Buts : Graehling (13e ), Gnacadja (80e s.p). Avertissements : Boudard (80e ) au Racing HW ; Lopes (29e ), Ruhlmann (60e ) à Ostheim.


Mais si elle s’est fait attendre, la victoire des locaux ne souffre d’aucune discussion. Ces derniers ont su faire preuve d’autorité face à un onze adverse regroupé et en manque d’arguments offensifs.

Pour arriver à leurs fins, les joueurs de Benjamin Arnold ont d’ailleurs mis d’emblée les bons ingrédients en occultant tout round d’observation. Kayser (10e ) sonne ainsi la charge quand il trouve Gnacadja en bonne position mais trop court sur le coup. Puis ce même Gnacadja démontre de la suite dans les idées quand il trouve Graehling qui profite de l’offrande pour débloquer le compteur (13e ).

Les locaux gardent le fil de la rencontre en se procurant d’autres opportunités, comme celle de Kayser (26e ) que Ludovic Keller extirpe des pieds du meneur de jeu local ou encore, un tour de chrono plus tard, quand Bryan Fuhrmann expédie un missile au ras du montant de Tschudy.

Les visiteurs poussent ensuite un plus haut leurs actions quand Matthieu Keller (37e ) trouve la barre de Greiling. Un coup de tête qui résonne comme un sérieux avertissement pour les « choucroutiers » qui se remettent dans le sens de la marche très rapidement quand Kayser (40e ) et Fernandes (44e ), très actif dans son couloir, sont proches d’augmenter la marque.

À la reprise la chronique des occasions ratées est encore alimentée par Graehling (53e ) ou Kayser à l’heure de jeu, mais chaque fois Tschudy pare au plus pressé. Il répond encore présent sur une incursion de Boudard (80e ) mais se voit sanctionner à juste titre. L’arbitre siffle un penalty, Gnacadja transformant la sanction et donnant du même coup une avance confortable à son camp.

Une supériorité que les visiteurs ne sont jamais en mesure de contester, leurs actions n’étant souvent qu’une suite d’actes désordonnés. De leur côté, les locaux, qui s’appuient sur une solide base défensive devenue une véritable rampe de lancement, montent ainsi en puissance au fil de la compétition.

Source : DNA du Lundi 16 octobre 2017